dimanche 18 février 2018

News

Pas une seule mise à jour depuis juin 2017, n'est-ce pas honteux ?

Bon, faisons simple et efficace.

* Le tome 2 de Professeur Goupil est sorti le 9 février 2018 chez Litlle Urban. On y revisite les ouvrages célèbres comme Peter Pan ou Le Magicien d'Oz (et bien d'autres) et ce sont de petits romans pour apprendre à lire aux enfants. C'est toujours un plaisir à faire, avec les magnifiques dessins d'Anne Montel.
"Le professeur Goupil vit dans son immense maison avec ses nombreux amis. Lorsque la belle Akiko emménage à côté, il se dit qu'ils pourraient faire connaissance... Pourquoi pas lui rendre visite et lui raconter des épisodes passionnants de sa vie trépidante ? Mais rien ne se passe comme prévu : voici que le professeur mélange joyeusement des passages de sa vie avec celles de Peter Pan et autres Magicien d'Oz."


* Mon prochain livre sortira chez Delcourt et sera une BD jeunesse qui aborde le thème délicat du harcèlement scolaire. J'ai eu la chance de collaborer avec le grandissime Clément Lefèvre là dessus et ça sortira le 25 avril. Hâte !
"Comme chaque matin de la semaine, Dracula va à l'école. Mais c'est avec une boule au ventre car certains de ses camarades de classe, de gros balourds, n'arrêtent pas de l'embêter. Certes, quelques-unes de ses particularités font de lui un garçon différent mais est-ce une raison suffisante pour qu'il subisse ce harcèlement constant ? Comment y remédier ? Un soir, il franchit le pas et en parle à son papa... "



Sinon, j'ai fini d'écrire le tome 1 de l'adaptation du livre de Marie Aude Murail Miss Charity à paraître chez Rue de Sèvres, fini d'écrire Chroniques de l'Île Perdue pour Anne Montel qui sortira cette année chez Soleil - Métamorphose et après avoir monté des tonnes de projets différents, je fais une pause écriture. Pas mal de livres vont exister puisqu'ils sont entre les mains de gens talentueux mais en ce qui me concerne, après deux ans de travail intensif et plus d'une vingtaine de créations de projets, je m'octroie un temps de jachère.
Quand je m'y remettrai, cette pause aura été à n'en pas douter, bénéfique.

See you.




lundi 26 juin 2017

Miss Charity de Marie-Aude Murail

Je vais bientôt me lancer avec Anne Montel dans le travail d'adaptation du roman Miss Charity de Marie-Aude Murail, publié en 2008 à l'Ecole des Loisirs.

Ça parle de quoi ? 

Charity est une fille. Une petite fille. Elle est comme tous les enfants : débordante de curiosité, assoiffée de contacts humains, de paroles et d'échanges, impatiente de créer et de participer à la vie du monde. Mais voilà, une petite fille de la bonne société anglaise des années 1880, ça doit se taire et ne pas trop se montrer, sauf à l'église, à la rigueur. Les adultes qui l'entourent ne font pas attention à elle, ses petites sœurs sont mortes. Alors Charity se réfugie au troisième étage de sa maison en compagnie de Tabitha, sa bonne. Pour ne pas devenir folle d'ennui, ou folle tout court, elle élève des souris dans la nursery, dresse un lapin, étudie des champignons au microscope, apprend Shakespeare par cœur et dessine inlassablement des corbeaux par temps de neige, avec l'espoir qu'un jour quelque chose va lui arriver...

 Et alors, il lui arrive quelque chose ?

Puisqu'il s'agit de la biographie sous forme de fiction de Béatrix Potter, l'auteur de Peter Rabbit,  il va bien lui arriver des choses, en effet. Il va surtout lui arriver la vie, avec ses embûches, ses rencontres, ses drames, ses sentiments...





Pourquoi vouloir adapter ce livre ? 

Parce qu'il s'agit d'un coup de cœur absolu. Ce roman a su toucher et émouvoir tous les gens que j'aime qui ont pu le lire. Il agit comme un baromètre sur l'âme de ses lecteurs et indique qu'ils font partie du même club : celui des doux rêveurs qui fuient le cynisme.
Passer du temps avec Charity Tiddler et sa ménagerie, c'est un peu comme réussir à caresser des nuages et dompter des étoiles. C'est précieux !


Ça sera chez qui-quoi-quand-comment ? 

Publié chez Rue de Sèvres pardi ! C'est la maison d'édition BD de l'Ecole des Loisirs, donc ça reste en famille.
On a prévu collectivement le découpage de ce gros pavé en trois tomes de bande dessinée de 110 pages et la sortie se fera certainement en 2019. Oui, c'est long de faire une BD :) 

On peut voir un aperçu ? 

Il y a de fortes chances que la planche ci-bas ne fasse pas partie du livre, mais voici un aperçu de ce que l'on a présenté à Marie-Aude et à l'éditrice lorsque rouges écrevisses, on leur a fait part de notre motivation sur ce beau projet.





Et voilà pour aujourd'hui ! 
See you

mardi 6 juin 2017

Financement participatif Anne Montel

Anne se lance dans un recueil d'art de ses aquarelles d'octobre 2016 - une par jour.

Si vous aimez son travail, si vous voulez la soutenir, vous pouvez relayer l'info ou contribuer pendant encore 15 jours. Si le palier est atteint, chaque euro récolté servira à améliorer la fabrication du livre !

Pour en savoir plus cliquez ici. 

https://www.kickstarter.com/projects/1837099368/la-grande-machinerie-du-petit-nimporte-quoi?ref=user_menu

dimanche 14 mai 2017

Chaussette / Le Voleur de souhaits - Bétisier des critiques

Depuis le 19 avril et la sortie du Voleur de souhaits et de Chaussette chez Delcourt, nous avons eu la chance de recueillir une belle vague d'enthousiasme pour nos deux livres avec Anne Montel et Bertrand Gatignol.
Pourtant au gré de lectures des critiques, je n'ai pas pu m'empêcher de sourire à bien des occasions avec des coquilles ou erreurs diverses parfois surprenantes.

Ça commence par un étrange référencement sur la FNAC concernant Chaussette :

La grand-mère Chaussette n'est pas seulement "trouée" mais elle devient carrément parfois une petite fille chez certains comme sur MyPrettybooks.

Bon, en même temps chez Myprettybooks, moi aussi je me transforme en...



Pendant ce temps, sur Sceneario.com, ce n'est plus Chaussette mais Merlin qui devient une petite fille (chacun son tour).

Quant au voleur de souhait, on sent bien que Sceneario a été marqué par l'album Petit de Hubert et Bertrand Gatignol car il lui présente un hommage approprié...

Sous la même plume, Calliope adopte un nouveau patronyme...

Bon en même temps, dans la critique de Madoka, Calliope devient cette fois...

Hu hu.
A noter que c'est amusant cet emploi d'Héloïse puisqu'il s'agissait du nom de l'héroïne lors des premières étapes du scénario avant qu'elle devienne Calliope.

Bon voilà, c'est facile de se moquer. Ca l'est encore plus quand tous ces critiques ont été bienveillants avec notre travail. Merci à eux de nous avoir lu.
Quant à l'erreur la plus récurrente que j'ai observée, elle concerne le Voleur de souhaits lorsque cette histoire est présentée par certains comme une histoire d'amitié. A ceux là, je répondrai comme Doria Thillier à Nicolas Bedos façon Grand Journal.
:)

See you space cow boys.




lundi 24 avril 2017

Secrets de Chaussette / Le Voleur de Souhaits

Le 19 avril sortait donc Le Voleur de Souhaits et Chaussette aux éditions Delcourt avec les dessins de Bertrand Gatignol et ceux d'Anne Montel.
Deux livres qui malgré leurs nombreuses différences partagent en réalité beaucoup.


Formellement déjà, Anne n'est pas que la dessinatrice de Chaussette, elle a également assuré la moitié du lettrage du Voleur de Souhait.  Seuls les plus observateurs auront pu le remarquer car bêtement, nous n'avons pas pensé à la créditer pour ce travail...
Formellement toujours, le 4eme de couv. en damier est le même pour indiquer qu'on se situe en terrain commun.


Par ailleurs, les apparitions évidentes ou cachées des personnages d'un livre à l'autre, au delà du clin d’œil auto-référentiel, induisent qu'on est dans un univers partagé. Félix pourrait être élève dans l'école de Merlin ou Chaussette une vieille dame que croise parfois dans le parc la jeune Calliope. Qui sait ?
Ainsi, voici leurs apparitions dans le livre l'un de l'autre :

Dagobert dans Le Voleur de souhaits

Photo de Chaussette dans Le Voleur de souhaits

Félix, Calliope et le chien dans Chaussette

Il faut dire que j'ai toujours été fasciné par le côté "Comédie humaine" de Balzac et c'est pourquoi, depuis que je fais des livres, je considère qu'ils sont tous connectés entre eux.
Ainsi, vous pourrez au détour d'une case de Chaussette, prendre des nouvelles de Gaël et Eglantine quelques années après Les Jours Sucrés pour découvrir que leur bébé a bien grandi...


Vous voulez des nouvelles lointaines de Shä ? Il a vraisemblablement sorti un autre livre que Les Petits pas (qui pour l'anecdote est le vrai nom de mon premier livre à moi) puisque Chaussette en fait la lecture sur son banc, avec Dagobert.

Amour à mort, de Shä Forenpome

Les lectures de Merlin sont également très saines puisque vraisemblablement, il a adoré le 2eme tome du Temps des Mitaines au point d'avoir un poster sur son mur de chambre.


Pour finir, voilà un clin d’œil plus rare puisque la dessinatrice de Chaussette et son mari (c'est à dire moi même) apparaissent dans la toute dernière planche du livre. Cette scène de lâcher de lanternes chinoises est authentique puisque c'est ainsi que nous avons clôturé notre véritable fête de mariage.

Finalement un détail de joie lors d'une scène de grande tristesse. Ainsi va le monde. 

Voilà pour les petits secrets de ces deux livres.

Je change de registre avec plusieurs anecdotes.
J'ai déjà débattu plusieurs fois sur les réseaux sociaux de la limite de la pratique de l'envoi massif de services de presse. Un service de presse c'est quoi ? Comme son nom l'indique, cela consiste en l'envoi d'un exemplaire en amont de la sortie d'un livre à des médias qui pourront en assurer une forme de promotion par le biais de critiques, de chroniques.
C'est donc une démarche saine à la base.
Le problème qui se pose c'est que pour certains qui joueront le jeu de la critique, beaucoup d'autres n'en parleront pas (ça aussi c'est le jeu vous me direz) mais surtout parmi ceux-là, certains mettront leur exemplaire reçu gratuitement,  en vente à prix cassé, le jour même de la sortie du livre.
Autant vous dire que j'ai que du mépris pour ceux qui se livrent à cette activité lucrative pour eux mais fort préjudiciable pour les auteurs. Ceux ci ne touchent en effet aucun droit d'auteur sur les exemplaires gratuits. Alors voir ces escrocs venir concurrencer vos livres neufs à vous en étant vendu sur les plates-formes de vente à prix sacrifié le jour de la sortie, ça fait un tout petit mal dans le fondement.


Rien de grave, mais le procédé pousse - à minima - à réflexion, je trouve.
Je termine ce post en signalant que je travaille dur dur. Deux autres livres chez Delcourt, mes petits romans chez Little urban, notre nouvelle série chez Métamorphose qui avance bien ainsi qu'une grande nouvelle à annoncer (à venir chez Rue de Sèvres), je reviendrai ici en parler.

*


mardi 21 février 2017

News ou Le voleur de Souhait aime la Chaussette de Taniguchi (ou quelque chose du genre)

Hola blog moribond !
Le 11 février est décédé un auteur de bande dessinée dont l’œuvre entière résonnera toujours en moi et en de nombreux lecteurs français. Je précise "français" car il semblerait que nul n'étant prophète en son pays, Jirô Taniguchi ait gagné une reconnaissance supérieure en nos latitudes que chez lui au Japon. Étrange...
On a souvent parlé de son travail comme d'une passerelle entre la bd franco-belge et le manga et moi même durant mes années libraire puis bibliothécaire, j'ai souvent mis un Quartier Lointain ou un Journal de mon père dans les mains de lecteurs réfractaires, aussitôt conquis après lecture. Je préfère cependant me souvenir de Taniguchi pour sa propension à mettre à l'honneur des personnages abimés par la vie ainsi que l'extrême sensibilité de son œuvre. J'ai peine à croire que plus jamais, je n'aurai le bonheur de découvrir en librairie une nouveauté de cet immense auteur...


Dans un registre plus joyeux, voici les couvertures de mes deux prochains livres à paraître le 19 avril aux éditions Delcourt.

Chaussette, dessin & couleur d'Anne Montel.
Merlin observe depuis des années sa voisine Chaussette, parcourir inlassablement les rues de son village, en compagnie de son chien Dagobert. Pourtant, ce matin-là, la vieille dame est seule et adopte un comportement des plus étranges...


Le Voleur de Souhaits, dessin & couleur de Bertrand Gatignol.
Félix est un voleur de souhaits. Il suffit d'un éternuement pour qu'à la faveur d'une formule magique, il détourne à son profit le vœu d'autrui. Il collectionne ainsi les rêves de tout le monde mais sa rencontre avec Calliope pourrait bien changer sa vie pour toujours...



Je travaille ardemment sur plusieurs projets dont je reparlerai en temps et en heure mais la bonne nouvelle de la semaine dernière, c'est aussi qu'avec Clément Lefèvre nous signons une bande dessinée jeunesse aux éditions Delcourt dont le nom de code est actuellement Le Petit Dracula (il faudra qu'on trouve un titre). Il y aura des vampires, un hommage aux films de la Hammer et nous parlerons d'un thème qui me tient particulièrement à cœur, à savoir celui du harcèlement scolaire.



A tous ceux qui pourraient passer lire ces news, j'en profite pour vous souhaiter une très belle année 2017. Prenez soin des gens que vous aimez.
*

lundi 24 octobre 2016

Le futur de l'édition

2024. 
Cyril Hanouna est élu président. 

Grâce au plan ambitieux "une télévision dans chaque pièce de la maison" lancé par le gouvernement, il est devenu inutile de savoir lire. C'est désormais la crise dans l'édition et pour survivre, quelques éditeurs décident de fusionner...
D'autres changements du panorama éditorial sont prévus...